Innover consiste à nourrir un projet ou résoudre un problème qui sort des frontières de l’expertise existante. C’est à la fois un processus et un résultat, qui repose sur une démarche collective et fait passer d’une logique du "ou" à une logique du "et". Maîtriser l’innovation est le seul avantage compétitif durable dans un environnement où la vitesse du changement interdit toute rente de situation économique ou technique.

Les freins à l’innovation

Ignorer l’enjeu

Certaines entreprises ne comprennent pas l’importance vitale de la culture de l’innovation. Elles pensent encore en termes de menaces, alors que tout changement doit être considéré comme une opportunité, même quand il apparaît au premier abord comme une mauvaise nouvelle.

Une entreprise est condamnée si elle se bloque sur une manière de faire et confond sa mission avec la façon dont elle l’accomplit.

—Brice Challamel, Fondateur d’Act One, enseignant à HEC et auteur du livre Multipliez vos idées

Kodak s’est persuadé que son métier consistait à produire de la pellicule quand il s’agissait de préserver la mémoire des moments vécus — que ce soit par l’argentique ou le numérique. Ce dernier était alors considéré comme une menace ! À l’opposé, Nintendo se réinvente depuis plus d’un siècle en faisant jouer ses clients, que ce soit par des jeux de cartes comme à son origine, ou par des jeux vidéo toujours réinventés : console de salon, Wiimote pour la détection de mouvements et maintenant consoles en 3D.

Refuser le risque

"À quarante ans, si tu n’as pas échoué, c’est toi l’échec", disent les Américains. Quelqu’un qui n’a jamais échoué en entreprise n’a jamais entrepris ! Il a expédié les affaires courantes sans jamais remettre en cause ses certitudes et sortir de sa zone de confort. Nespresso a raté trois fois son lancement. La plus grande opposition provenait de l’interne, de la division Café Soluble qui voyait dans cette offre un concurrent. Le marché n’acceptait pas non plus cette innovation technique et les prix élevés correspondant. C’est la création d’un esprit de "club", à travers un statut privilégié, un aménagement luxueux des boutiques, un magazine, une assistance personnalisée, qui a légitimé le concept et permis à la marque de s’envoler. Très loin de la culture initiale de Nestlé et de sa zone de confort dans la grande distribution.

Les moteurs

Donner l’envie du changement

Tous les êtres humains aiment la nouveauté : un nouveau livre, un nouveau film, un nouvel amour ou un nouveau Président. Mais ils la craignent aussi car sans méthode ni perspective, l’imagination est d’abord au service de nos peurs. La raison d’être d’Act One et d’un événement comme Atmosphere, c’est d'entraîner les participants dans une perception positive et constructive de la nouveauté, en levant les peurs par des expériences collectives simples avec des résultats concrets.

Essayer intelligemment

La prise de risque doit se faire de façon proportionnelle au gain visé et en fonction des opportunités. En cas d’échec comme de succès, la clé de la réussite collective consiste à essayer de nombreuses solutions en partageant l’expérience. Il faut nourrir la collectivité des résultats et des enseignements, pour mieux rebondir ensemble dans une démarche de constant renouvellement.

Du rêve à la réalité

Trois temps sont nécessaires pour conduire une démarche d’innovation.

Phase 1 : Stimuler la curiosité

L’entreprise doit considérer son environnement et sa mission avec un regard neuf et curieux, en se posant des questions de fond, en se lançant des défis. Susciter la curiosité est fondamental, des comités exécutifs au management en passant par les équipes opérationnelles.

Phase 2 : Faire fuser les idées

En utilisant :

  • L’association d’idées par des sessions de brainstorming ou de mind mapping (cartographie d’idées). On peut notamment construire en temps réel ce type de partage et d’associations en utilisant à plusieurs les outils Google Apps for Work.
  • Les analogies : transposer son entreprise et ses enjeux dans le monde du sport, de la gastronomie, de l’art, de la science…
  • L’empathie : changer son point de vue, penser en se mettant à la place de quelqu’un d’autre : un bébé, Sherlock Holmes, un journaliste, etc.

Phase 3 : Mettre en œuvre

Il faut beaucoup d’imagination pour produire des idées de rupture pertinentes au service de sa mission. Et il en faut encore plus pour imaginer sa mise en œuvre ! Quatre dimensions clés doivent notamment être envisagées, qui forment le “SORT” des idées : le Sens, l'Organisation, les Ressources et le Timing. Enfin, un plan d’action concrétise cette étape en tenant compte du décalage avec la culture et les habitudes existantes de son marché.

À retenir

Le bon ou le mauvais « SORT » : quatre facteurs clés de succès

  • Sens : la communication du projet, la conquête d’alliés.
  • Organisation : l’identification des profils, des talents, leur collaboration.
  • Ressources : les enjeux de moyens et la définition du modèle économique.
  • Timing : la définition du calendrier et le rythme du projet.
  • Auteur
    Brice Challamel, Fondateur d’Act One, et enseignant à HEC

  • Thèmes
    Transformation digitale, Innovation

  • Rôles
    Tous

  • Secteurs
    Tous

Pour plus d'informations :